Histoire et Origine du Pantalon Homme

0

Le pantalon dans l’Antiquité

Les premiers pantalons avec un entrejambe proviennent de l’antiquité chinoise. Conçus pour monter à cheval, les plus vieux pantalons découverts à ce jour sont datés d’entre le XIIIe et le Xe siècle avant J.-C. D’après la tradition, il est introduit par le roi Wu de Zhao en 375 av. J.-C., copiant la coutume de cavaliers turco-mongols de la frontière nordique de la Chine. Toutefois, dans le vêtement traditionnel de nombreux peuples asiatiques, les pantalons sont souvent vus sur les femmes et les robes sur les hommes. Au Japon, le vêtement traditionnel est le kimono. Seuls les samouraïs portent des pantalons larges. Les femmes arabes, persanes, syriennes et turques portent des pantalons traditionnels, tout comme les Cosaques et les Tatars. En revanche en Écosse, le kilt est un vêtement typiquement masculin.
Dans le reste du monde antique, l’apparition du pantalon est également liée à la domestication du cheval. Toutes les civilisations antiques portent le pantalon, sauf les Grecs et les Romains qui restent fidèles à la toge. Les Romains voient dans le pantalon un emblème barbare relatif aux hordes qui envahissent l’Europe. Ils cherchent à s’en distinguer avec véhémence, et condamnent à mort quiconque les porte. L’expansion de l’Empire romain au-delà du bassin méditerranéen fait que les soldats romains, au contact de ces peuples, reconnaissent l’utilité de ce vêtement qui préserve de la chaleur. Il est ainsi progressivement adopté dans l’armée romaine puis se généralise dans la société civile au IIIe siècle.
Les Celtes, les Germains et les Perses adoptent également cette tenue pratique pour monter à cheval ; ils l’appellent braies. Réalisés en divers matériaux, elles comportent deux jambes indépendantes, dont le haut s’enroule autour du bassin.

Le pantalon au Moyen Âge

Au Moyen Âge, les hommes portent des chausses, sortes de jambières à fixer dans le dos à un pourpoint avec des lacets. Peu à peu, les chausses sont jointes sur le devant, tout en laissant une large ouverture pour les besoins sanitaires. Initialement, les pourpoints descendent presque jusqu’aux genoux, couvrant le bassin. Mais avec l’évolution de la mode vestimentaire, le pourpoint devient plus court, et il devient nécessaire pour les hommes de couvrir leurs parties génitales avec une braguette. Elle est ajoutée au pantalon à la fin du XVIe siècle, donnant naissance aux pantalons que nous connaissons aujourd’hui.

Le pantalon du XVIe au XVIIIe siècle

Au XVIe siècle, ces chausses deviennent rhingrave, sorte de jupe-culotte plissée ornée de dentelles, qui soulève de nombreux sarcasmes. À la même époque, quelques jeunes hommes adoptent le pantalon en drap qui se termine à la cheville. Cette tenue est choisie par les marins et les travailleurs des ports.
Un siècle plus tard, la culotte devient l’emblème de l’aristocratie française. À la révolution, les porteurs de pantalons, travailleurs issus du peuple sont baptisé les « Sans-culottes » par les nobles qui rejettent leur tenue.

Le pantalon moderne

Le pantalon actuel descendant jusqu’aux chevilles apparaît au début du XIXe siècle et est définitivement adopté en 1830, sous le sobriquet de « tuyau de poêle ». Afin de le tendre, une pièce de tissu placée en bas des jambes passait sur la plante des pieds. Depuis seuls quelques aménagements ont transformé le pantalon : le revers, inventé par Edouard VII en 1909, le pli ou la cassure à la cheville.

Quant au jean, créé et commercialisé pour les mineurs d’or de Californie, il est introduit à la fin du XIXe siècle. Adopté par les agriculteurs et les ouvriers, le jean est devenu le vêtement
emblématique de la fin du XXe siècle et est aujourd’hui, un basique de toute garde-robe masculine.

Le pantalon symbole d’émancipation féminine

Il n’est pas possible d’évoquer l’histoire du pantalon sans parler du rôle qu’il joua dans l’émancipation féminine. Au cours du XIXe siècle en Europe, le pantalon n’est toléré que pour les femmes faisant un métier d’homme. Le reste du temps le port du pantalon par la femme est interdit et condamné. En France, quelques femmes portent le pantalon, des artistes comme Rosa Bonheur ou George Sand, bénéficiant d’une relative complaisance des autorités.
C’est finalement le sport qui permettra aux femmes de porter plus souvent le pantalon. Au début du XXe siècle, des aviatrices et des cyclistes se montrent en public en pantalon. Par ailleurs, à Hollywood dans les années 1930, trois actrices célèbres, Marlène Dietrich, Katharine Hepburn et Greta Garbo choquent le tout Hollywood en portant régulièrement le pantalon, voire le smoking, à Hollywood dans les années 1930. Elles permettent ainsi la démocratisation du pantalon chez les femmes.
Durant la Première et la Seconde Guerre mondiale, les femmes exécutant des « travaux pour hommes » commencent à porter les vêtements civils de leurs maris mobilisés. Puis, à l’après-guerre, il est socialement accepté pour les femmes de porter un pantalon pour des activités de loisirs ou de jardinage. Enfin, dans les années 1960, André Courrèges, puis Yves Saint Laurent, présentent le pantalon pour femmes comme vêtement de mode, ce qui mènera à l’ère des jeans chics et des pantalons de tailleur. Cela dit, ce n’est que dans les années 1970 que le
port du pantalon par les femmes est définitivement accepté.

Et aujourd’hui ? et bien, dans le contexte de la mondialisation, les pantalons longs viennent progressivement remplacer le costume masculin traditionnel des cultures en dehors de l’Europe.
Le costume d’affaires, une norme européenne et américaine depuis le XIXe siècle, est en train de devenir une norme mondiale, et les femmes dans la plupart du monde peuvent porter des pantalons sans qu’elles soient qualifiées de « masculines ».

Partager

Les commentaires sont fermés.