Petite Histoire des Sous-vêtements Homme – I

1

Les sous-vêtements sont un ensemble de vêtements portés sous d’autres vêtements, généralement en contact direct avec la peau. Dans cet article, divisé en quatre parties, il est question principalement des sous-vêtements couvrant le corps depuis la taille ou les hanches jusqu’au haut des cuisses ou des genoux. La partie I examine le sous-vêtement dans l’Antiquité : le pagne. Le plus simple sous-vêtement toujours utilisé à ce jour. La partie II traite des types de sous-vêtements les plus populaires pour hommes avant les années 1500, tels que les braies et les braguettes. La partie III décrit les sous-vêtements à la mode portés par les hommes de 1500 à la fin du XIXe siècle, comme les culottes et les combinaisons. Enfin la partie IV présente les sous-vêtements masculins des années 1900 à nos jours, tels que les slips et les caleçons.

Les sous-vêtements homme dans l’Antiquité

Le pagne, sous-vêtements ou vêtements de dessus ?

À l’époque, les sous-vêtements ne sont pas exactement un type commun de vêtements. Le pagne peut sans doute, être considéré comme le premier type de sous-vêtement. Dans les climats froids, le pagne est recouvert de vêtements, ce qui en fait un sous-vêtement. Cependant, dans les climats plus chauds, le pagne est porté seul et, techniquement parlant n’est peut-être pas un sous-vêtement. Dans la plupart des civilisations anciennes, c’est d’ailleurs le seul vêtement disponible.
Un pagne est tout simplement une longue bande de matière qui se passe entre les jambes et ensuite autour de la taille. Il est généralement réalisé en une seule pièce, mais parfois il est maintenu en place par une ceinture. L’ancien malo hawaïen est de cette forme, de même que plusieurs styles de fundoshi japonais. Une autre forme est généralement appelée cache-sexe : un triangle de tissu agrémenté de cordes ou de boucles qui sont utilisées pour attacher le triangle entre les jambes et au-dessus des organes génitaux. Les pagnes sont généralement fabriqués à l’aide de fibres végétales. Par conséquent, notre connaissance de ce vêtement dépend des représentations picturales disponibles ou des sources écrites en différents lieux.
Le premier sous-vêtement masculin connu remonte à environ 5000 av. J.-C. En 1961, en creusant dans un monticule situé dans la province d’Anatolie, en Turquie, une équipe d’archéologues britanniques découvre une grande peinture murale dans un sanctuaire datant de 5400 av. J.-C. Un homme dans le tableau est vêtu d’un pagne blanc. De même, l’homme préhistorique utilise
aussi du cuir pour couvrir et protéger ses parties génitales lors de ses déplacements : en 1991, un pagne en cuir est découvert dans les Alpes avec les restes d’Ötzi, l’« hommes des glaces », qui vivait autour de 3300 av. J.-C. ; il portait son pagne sous un manteau d’herbe tissée. Et pendant plusieurs millénaires, peu de choses vont changer.

Le pagne chez les Égyptiens

Le pagne est l’habit commun de tous les peuples de la Méditerranée. Il est porté en Égypte ancienne comme sous-vêtement par les hommes et les femmes. L’art antique égyptien montre que tout le monde, des pharaons jusqu’au peuple, porte des pagnes. Les pharaons possèdent même une sorte de kilt spécial appelé chendjit. Ce vêtement est fait d’un tissu enroulé plusieurs fois autour du corps, puis attaché à l’avant ou à la ceinture. Parfois, le chendjit est plissé ou partiellement plissé : il tombe en éventail sur le devant et laisse apparaître le pagne du dessous. Il est retenu par une ceinture de tissu pouvant être richement décorée. Les plus riches lui préfèrent une large ceinture de cuir qui soutient un tablier décoratif. Certains sous-vêtements ont survécu au fil du temps. Dans le tombeau du pharaon égyptien, Toutankhamon (1341 – 1323 av. J.-C.), divers vêtements de ce type ont été trouvés.

Le pagne chez les Grecs

Les Grecs s’habillent très simplement avec un « chiton » : c’est un tissu oblong de laine, assez grand pour envelopper le corps, et qui va du cou jusqu’au-dessus des genoux. Le côté gauche ouvert est fixé par une fibule (agrafe, généralement en métal, qui sert à fixer les extrémités d’un vêtement), d’une épingle ou d’une broche. Une ceinture est portée autour. Un himation peut être porté par-dessus ; c’est un vêtement d’extérieur ample et enveloppant comme une sorte de châle. Les esclaves portent des pagnes mais, au temps de la Grèce antique, les Grecs ne portent
pas de sous-vêtements.

Le pagne sous l’Empire Romain

La nudité parmi les Romains est un peu plus tabou que dans le monde grec. Alors, parfois, la nudité est utilisée pour distinguer les classes sociales. C’est ainsi que, tout au long de l’Empire, les citoyens romains apparaissent dans leur toge, tandis que les gladiateurs, les esclaves et les autres individus « indécents » sont souvent représentés dans l’art et la littérature comme complètement ou semi-nus. Les Romains portent en guise de sous-vêtement une sorte de pagne noué à la taille qu’ils appellent subligaculum ou licinum. Avant les Romains, les Étrusques installés dans la péninsule italique faisaient usage de la perizoma, une sorte de slip, bien que porté en vêtement du dessus. Après la chute de l’empire romain, le pagne disparait en Europe.

Le pagne chez les Incas

A l’époque précolombienne, les hommes incas portent une bande de tissu entre leurs jambes qu’ils attachent par des cordelettes ou une bande, comme une ceinture. La partie avant de la bande de tissu est décorée et pend à l’avant comme un tablier. Les Indiens amazoniens portent toujours ce type de pagne depuis des milliers d’années.

Le pagne chez les Japonais

Les hommes japonais portaient jusqu’à récemment un pagne connu sous le nom de fundoshi. Le fundoshi est un morceau de tissu d’environ 228 cm de long et de 16 à 36 cm de large (coton ou soie) qui, passé entre les cuisses, découvre les hanches, les cuisses, les fesses, et couvre les organes génitaux.

Aujourd’hui, le pagne continue à être porté par de nombreuses personnes à travers le monde. Dans diverses cultures, principalement tropicales, la tenue masculine traditionnelle peut encore consister en un seul vêtement sous la taille.

Partager