Histoire de la laine : Préhistoire et Antiquité

Tout au long de l’époque médiévale, le commerce de la laine devint une affaire sérieuse. À la Renaissance en Europe, la laine était le tissu le plus populaire pour toutes les classes.

Préhistoire

L’histoire de la laine commence en Asie Mineure à l’âge de pierre, il y a environ 10 000 ans. Comme pour de nombreuses découvertes de l’homme primitif, les anthropologues pensent que l’utilisation de la laine est venue du défi de survivre.

Lorsque les humains commencent à chasser les moutons, ils les chassent pour leur viande. Par la suite, l’homme primitif vivant dans la plaine mésopotamienne, utilise des moutons pour trois besoins humains fondamentaux : nourriture, abri et vêtements. Portant des peaux d’animaux comme vêtements, il les trouve non seulement chaudes et confortables mais aussi durables.

Ensuite, les peuplades commencent à domestiquer des moutons et à en prendre soin afin qu’ils puissent toujours disposer de viande. À ce stade, ils commencent également à utiliser le lait de brebis, soit en le buvant frais, soit en le transformant en fromage. Lorsqu’ils tuent un mouton, ils transforment la peau en cuir et laissent peut-être les poils pour le réchauffer, comme un manteau de fourrure.

La chaleur des vêtements en laine et la mobilité des moutons ont permis à l’humanité de répandre la civilisation bien au-delà du climat chaud de la Mésopotamie. Mais il n’y a toujours pas de laine telle que nous la connaissons aujourd’hui. En effet, le mouton à laine tel que nous le connaissons aujourd’hui descend du mouton sauvage, le mouflon. Il y a des millénaires, la toison de ces herbivores sont constituée de deux fibres très différentes. Ils ont des poils longs et épais à l’extérieur qui les protègent du vent et de la pluie et ils ont également une couche plus courte et plus fine près de la peau qui sert d’isolant. Les poils de moutons ressemblent plus aux poils de cerf d’aujourd’hui, courts et épais, pas longs, fins et bouclés. Pour ces raisons, la laine n’est pas souvent utilisée comme fibre textile. Pas adaptée à une utilisation comme fibre à filer, la toison de cet animal n’est pas non plus idéale pour le feutrage.

L’élevage par sélection débute vers 6000 ans av. J.-C. Dès lors que les animaux sont domestiqués et se reproduisent dans l’environnement humain, la nature de leur toison a peu à peu changé. Les poils supérieurs longs et grossiers sont envahis par les sous-poils devenant de plus en plus longs et plus denses. En poursuivant la sélection de l’élevage de moutons avec des sous-poils de plus en plus long, sa couleur a également changé. Les moutons ne sont plus seulement bruns. Les poils obtiennent également des tons plus clairs et plus foncés ; du blanc au rougeâtre clair et au noir. Au fur et à mesure, le pelage de ces moutons en laine vierge se compose principalement du sous-poil, la douce toison isolante aux fibres très fines.

Antiquité

À partir des régions d’origine du Proche-Orient, la technologie de la laine s’étend également à l’Asie et à l’Afrique orientale. L’Iran et l’Égypte, en particulier, sont touchés par cette nouvelle technologie. Le principal centre de production de laine dans l’Antiquité est l’Asie centrale, où les hivers froids font de la laine un matériau de prédilection. Les nomades bergers scythes transforment la laine en couvertures de feutre, en bottes et en yourtes. Les Scythes et les Sogdiens, comme plus tard, les Turcs et les Mongols médiévaux, tissent également de la laine pour en faire des vêtements, tricotent des chapeaux et créent des tapis de laine noués pour leurs sols. Ils vendent ces tapis, ainsi que tous leurs vêtements et chapeaux en laine, sur la route de la soie, à l’ouest en Chine, au sud en Inde et à l’est en Europe.

L’Égypte antique

En Égypte, les moutons à laine sont présents à partir du Moyen Empire (2040 à 1782 av. J.-C.). Les Égyptiens élèvent des moutons pour leur viande, leur lait et leur laine. Des troupeaux de moutons sont également utilisés pour piétiner les graines nouvellement semées dans le sol. Les béliers, considérés comme un symbole de fertilité, sont associés à divers dieux, notamment Khnoum, un dieu créateur, et Amon, le grand dieu de Thèbes. Des sphinx à tête de bélier flanquent l’entrée du temple d’Amon à Thèbes. La laine et le lin sont encore les deux principales fibres textiles disponibles pour le peuple égyptien à la fin de la période romaine et au début de la période byzantine (IIIe-VIIe siècle après J.-C.)

La Grèce et la Rome antiques

Entre 3000 et 1000 ans av. J.-C., les Perses, les Grecs et les Romains disséminent les moutons et la laine dans toute l’Europe alors qu’ils continuent à améliorer les races. Les Romains emmènent des moutons partout avec eux alors qu’ils construisent leur empire dans ce qui est aujourd’hui l’Espagne, l’Afrique du Nord et les îles britanniques. Ils établissent une fabrique de laine dans ce qui est maintenant Winchester, en Angleterre dès 50 ans après J.-C.

Dans le monde gréco-romain, les moutons fournissent des peaux que les paysans utilisent comme manteaux, de la laine pour le tissu, de la viande pour compléter l’alimentation grecque et du lait pour la fabrication du fromage. Dans la Grèce et la Rome antiques, le tissu de laine a l’avantage supplémentaire que, contrairement au lin, il est facile à teindre. De plus, la laine à l’état naturel est disponible dans une variété de couleurs selon la race de mouton

La Grèce et la Rome antiques : teinture

Les Romains ont divers colorants, et le rouge garance est l’un des moins chers. Parmi les teintures chères figurent les différentes nuances de violet fabriquées à partir des coquillages murex. Un violet contrefait moins cher pouvait être obtenu en combinant du rouge garance dans les bonnes proportions avec de l’indigo, importé d’Inde. Coccinus, un rouge écarlate fabriqué à partir du kermès, une cochenille, est très demandé comme teinture de luxe. Il est originaire d’Asie, mais l’Espagne développe également une industrie du kermès lucrative. Les autres colorants sont un vert intense avec une teinte bleue (prasinus), un rouge assez vif (russeus) et un bleu foncé (venetus).

Les teintures, cependant, ne sont pas très utiles sans mordants pour fixer les couleurs. Les mordants anciens comprenaient l’alun, de la cendre de bois ou même l’urine humaine et le natron, carbonate de sodium qui est creusé dans des fosses de natron en Égypte. Pour fixer la couleur, les teinturiers plongent la laine dans le mordant avant de la mettre dans la cuve de teinture et de la chauffer.

La Grèce et la Rome antiques : fabrication

Malgré les preuves de prêt-à-porter, la grande majorité des habitants de la Grèce et de la Rome antiques doivent non seulement fabriquer leurs propres vêtements, mais également leurs propres fils et tissus. Le processus de fabrication du tissu est long et laborieux.

Après la tonte des moutons au printemps, les femmes lavent la laine et séparent les fibres emmêlées avec leurs doigts. Puis elles cardent la laine, en séparant les fibres avec un peigne, et elles la frottent jusqu’à ce qu’elles produisent une masse d’étoupe, ou de la laine peignée. Pour travailler, elles s’agenouillent sur une sorte de coussin en terre cuite et appuient leurs pieds sur un tabouret appelé onos, ou âne. À ce stade, elles teintent la laine à moins que le tissu fini ne soit destiné à être de la couleur naturelle de la laine. La laine doit ensuite être filée, mais le rouet n’avait pas encore été inventé ; la femme responsable du filage, la fileuse, utilise une quenouille et un fuseau pour tordre le fil. La fileuse enroule l’étoupe sur la quenouille, en tire une longueur et l’attache au fuseau qu’elle tient dans sa main gauche. Un poids appelé volant de fuseau est attaché au bas du fuseau. Il maintient la longueur du câble tendu, et une fois que le fuseau est en train de tourner, il torde le câble en fil. La fileuse continue à alimenter le câble de la quenouille jusqu’à ce que le fuseau atteigne le sol. Puis elle enroule le fil autour du fuseau et le processus recommence. Une fois qu’elle a filé un écheveau de fil, elle le retire du fuseau et le place dans le panier de laine. La résistance et la texture du fil dépendent de la vitesse de rotation du fuseau. Une fois le fil créé, il peut être tissé en tissu sur un métier à tisser.

Dans la Grèce antique, il existe deux types de métiers à tisser. L’un est un petit métier à tisser facilement transportable, utilisé pour produire des ceintures et des échantillons de tissu relativement étroits. La tisserande peut s’asseoir pendant qu’elle travaille dessus. L’autre est un grand métier à tisser vertical, utilisé pour tisser les échantillons de tissu qui deviendront des tuniques ou des manteaux. C’est le métier à tisser vertical sur lequel est tissée la tunique romaine recta qu’un jeune homme porte à sa majorité et revêt la « toge d’homme » (toga virilis). Les fils de la chaîne pendent du haut du métier à tisser vers le bas et sont maintenus tendus par des poids à tisser.

Les tisserandes chantaient en travaillant. Homère dans l’Odyssée décrit la nymphe Calypso, qui a gardé Ulysse prisonnier jusqu’à ce que les dieux lui ordonnent de le laisser rentrer chez lui à Ithaque, comme une tisserande qui chante sur son métier à tisser. La sorcière Circé de la même œuvre littéraire chante également pendant qu’elle tisse. Cependant, la corvée de travailler sur un métier à tisser n’est pas nécessairement propice à des chansons joyeuses. Le tissage est un travail difficile, et il est plus que probable que les esclaves qui travaillent au métier à tisser chantent des chansons tristes.

Articles les plus populaires

Articles récents