Suivez Stefane Girard sur les réseaux sociaux

Pièce de légende : blouson Harrington G9 de Baracuta

Un héritage de style, du Royaume-Uni à Hollywood et au-delà

Enfilez vos plus beaux habits et découvrez l’univers de la mode. Laissez-vous envoûter par l’excellence de la haute couture ou les maîtres tailleurs et leur savoir-faire unique à utiliser les matières les plus nobles. Tirez le fil de l’histoire des vêtements dont certains sont devenus de véritables icones. Façonnez votre style : les femmes, grâce une actualité sur-mesure ; les hommes, grâce à nos précieux conseils et une actualité parfaitement taillée.

La naissance d’un classique

Au cœur du Manchester industriel, en Angleterre, au début des années 1930, un vêtement unique prend forme. Dans un petit atelier, John et Isaac Miller, les cerveaux derrière la marque Baracuta, fabriquaient un blouson qui allait symboliser un mélange unique de style, de rébellion et d’intemporalité. Ce blouson imperméable à la taille, caractérisée par un empiècement arrière « parapluie », une doublure en tartan et un col montant, a été le premier G9 – l’ancêtre de ce que nous connaissons maintenant sous le nom de blouson ou veste Harrington.

Le voyage à travers l’Atlantique

Malgré ses origines britanniques, le blouson doit son nom moderne à un personnage de la pop culture américaine. Le feuilleton des années 1960 « Peyton Place » mettait en vedette un personnage nommé Rodney Harrington, joué par Ryan O’Neal, qui arborait fréquemment le Baracuta G9. Cette connexion est restée dans l’esprit des téléspectateurs et, par conséquent, le blouson a acquis le nom de « Harrington ».

Le sceau d’approbation d’Hollywood

L’ascension du blouson Harrington vers la reconnaissance mondiale doit beaucoup au grand écran d’Hollywood et à ses hommes de premier plan. Elvis Presley portait un blouson Harrington dans King Creole (1958), attirant l’attention sur ce blouson unique, élégante et pratique. Pourtant, c’est Steve McQueen, le roi incontesté du cool, qui a gravé à jamais le Harrington dans les annales du style. Photographié dans une Baracuta G9 sur le tournage de son film pour la couverture du magazine Life en 1963, McQueen a mis le Harrington sur une trajectoire pour devenir un élément essentiel du style décontracté.

L’insigne de la sous-culture

Après sa tournée étoilée à Hollywood, le Harrington est revenu à ses racines britanniques, où il a été adopté par diverses sous-cultures de jeunes. Les années 1960 ont vu les Mods adopter le Harrington, avec ses lignes simples et épurées, son design pratique et son esprit rebelle inhérent s’alignant parfaitement avec leur propre philosophie. Plus tard, dans les années 70 et 80, le Harrington est devenu un incontournable parmi les skinheads et les mouvements punk, symbolisant une sorte de défi vestimentaire qui reflétait leur propre rébellion sociale et politique.

Un classique intemporel

Au fil des décennies, le blouson Harrington est resté inébranlable dans son attrait. Il est passé en douceur d’une génération à l’autre, devenant un incontournable dans le paysage en constante évolution de la mode masculine. Son design classique et sa nature adaptable le rendaient également adapté aux leaders mondiaux, comme l’ancien président américain Ronald Reagan, aux légendes de la musique comme Paul Weller de The Jam et aux acteurs comme Daniel Craig. Son attrait ne résidait pas seulement dans son aspect pratique ou esthétique, mais dans sa résonance symbolique – il signifiait la non-conformité, l’individualisme et un style cool et sans effort.

L’itération moderne du Harrington

Aujourd’hui, le blouson Harrington est une pierre angulaire de la mode masculine, un classique durable qui continue d’inspirer et d’influencer la mode contemporaine. On le voit sur les podiums de mode, réinterprété par des créateurs de Saint Laurent à Ralph Lauren, chacun ajoutant sa touche unique à cette silhouette emblématique. Mais le Baracuta G9 d’origine continue de s’imposer comme la référence du style Harrington.

Le blouson Harrington – plus qu’un simple blouson

Alors que nous naviguons dans les complexités du paysage de la mode du 21e siècle, le Harrington continue de tenir le coup. C’est devenu plus qu’un simple vêtement ; c’est un symbole de rébellion, une icône de diverses sous-cultures, un témoignage intemporel d’un style sans effort. Il incarne la philosophie des mouvements sous-culturels et l’esprit de ceux qui osent se démarquer. Le Harrington est un récit – un récit de style, de culture et de rébellion qui continue d’être écrit avec chaque personne qui enfile cette pièce classique.

La naissance d’un classique

Au cœur du Manchester industriel, en Angleterre, au début des années 1930, un vêtement unique prend forme. Dans un petit atelier, John et Isaac Miller, les cerveaux derrière la marque Baracuta, fabriquaient un blouson qui allait symboliser un mélange unique de style, de rébellion et d’intemporalité. Ce blouson imperméable à la taille, caractérisée par un empiècement arrière « parapluie », une doublure en tartan et un col montant, a été le premier G9 – l’ancêtre de ce que nous connaissons maintenant sous le nom de blouson ou veste Harrington.

Le voyage à travers l’Atlantique

Malgré ses origines britanniques, le blouson doit son nom moderne à un personnage de la pop culture américaine. Le feuilleton des années 1960 « Peyton Place » mettait en vedette un personnage nommé Rodney Harrington, joué par Ryan O’Neal, qui arborait fréquemment le Baracuta G9. Cette connexion est restée dans l’esprit des téléspectateurs et, par conséquent, le blouson a acquis le nom de « Harrington ».

Le sceau d’approbation d’Hollywood

L’ascension du blouson Harrington vers la reconnaissance mondiale doit beaucoup au grand écran d’Hollywood et à ses hommes de premier plan. Elvis Presley portait un blouson Harrington dans King Creole (1958), attirant l’attention sur ce blouson unique, élégante et pratique. Pourtant, c’est Steve McQueen, le roi incontesté du cool, qui a gravé à jamais le Harrington dans les annales du style. Photographié dans une Baracuta G9 sur le tournage de son film pour la couverture du magazine Life en 1963, McQueen a mis le Harrington sur une trajectoire pour devenir un élément essentiel du style décontracté.

L’insigne de la sous-culture

Après sa tournée étoilée à Hollywood, le Harrington est revenu à ses racines britanniques, où il a été adopté par diverses sous-cultures de jeunes. Les années 1960 ont vu les Mods adopter le Harrington, avec ses lignes simples et épurées, son design pratique et son esprit rebelle inhérent s’alignant parfaitement avec leur propre philosophie. Plus tard, dans les années 70 et 80, le Harrington est devenu un incontournable parmi les skinheads et les mouvements punk, symbolisant une sorte de défi vestimentaire qui reflétait leur propre rébellion sociale et politique.

Un classique intemporel

Au fil des décennies, le blouson Harrington est resté inébranlable dans son attrait. Il est passé en douceur d’une génération à l’autre, devenant un incontournable dans le paysage en constante évolution de la mode masculine. Son design classique et sa nature adaptable le rendaient également adapté aux leaders mondiaux, comme l’ancien président américain Ronald Reagan, aux légendes de la musique comme Paul Weller de The Jam et aux acteurs comme Daniel Craig. Son attrait ne résidait pas seulement dans son aspect pratique ou esthétique, mais dans sa résonance symbolique – il signifiait la non-conformité, l’individualisme et un style cool et sans effort.

L’itération moderne du Harrington

Aujourd’hui, le blouson Harrington est une pierre angulaire de la mode masculine, un classique durable qui continue d’inspirer et d’influencer la mode contemporaine. On le voit sur les podiums de mode, réinterprété par des créateurs de Saint Laurent à Ralph Lauren, chacun ajoutant sa touche unique à cette silhouette emblématique. Mais le Baracuta G9 d’origine continue de s’imposer comme la référence du style Harrington.

Le blouson Harrington – plus qu’un simple blouson

Alors que nous naviguons dans les complexités du paysage de la mode du 21e siècle, le Harrington continue de tenir le coup. C’est devenu plus qu’un simple vêtement ; c’est un symbole de rébellion, une icône de diverses sous-cultures, un témoignage intemporel d’un style sans effort. Il incarne la philosophie des mouvements sous-culturels et l’esprit de ceux qui osent se démarquer. Le Harrington est un récit – un récit de style, de culture et de rébellion qui continue d’être écrit avec chaque personne qui enfile cette pièce classique.

Stefane Girard
Stefane Girard
Spécialiste de la relation client et de la qualité de service, tout d’abord dans le tourisme puis dans d’autres secteurs en tant que consultant, j’ai également géré une société de vente en ligne d’articles de luxe. Tout au long de ma vie, j’ai étudié des sujets qui m’ont permis de développer une sensibilité pour l’esthétique et l’admiration du savoir-faire de ceux qui travaillent avec passion et talent à magnifier notre quotidien : les artisans d'art. Ce site me permet de partager avec vous mes centres d’intérêt et de rendre hommage à ces artisans de l’excellence.
ARTICLES POPULAIRES
ARTICLES RÉCENTS
error: Le contenu est protégé. Merci de votre compréhension.