Histoire de l’hygiène corporelle : Antiquité

L’hygiène corporelle dans les anciennes civilisations méditerranéennes

Les grands principes de l’hygiène sont connus depuis l’Antiquité. L’usage du bain était répandu dans les plus anciennes civilisations humaines. On retrouve sa trace chez les Égyptiens, les Hébreux, les Assyriens, les Perses et les Chinois. Dans la plupart des cas, le bain était intimement lié aux préceptes religieux et à la symbolique purificatrice de l’eau.

Quant aux Romains et aux Grecs, ils pratiquaient des rites de purifications voués à la déesse Hygie. Attentifs aux soins corporels, les Romains passaient beaucoup de temps à se baigner dans les thermes communs.

Origine du mot « hygiène »

Le terme « hygiène » provient du nom de la déesse de la santé Hygie, fille d’Esculape (Asclépios), dieu guérisseur chez les Grecs. Son rôle était d’enseigner les manières les plus saines à adopter au quotidien.

L’hygiène corporelle en Mésopotamie

Si les aqueducs construits par les Romains constituent sans doute des œuvres fondamentales pour le développement de la civilisation, les ouvrages hydrauliques des Sumériens (3000 av. J.-C.) et des Assyriens (1950 av. J.-C.) en Mésopotamie, pour amener l’eau dans leurs villes et pour irriguer leurs champs, étaient certainement tout aussi importants.

Et si déjà vers 2000 av. J.-C., les villes de la vallée de l’Indus, d’Harappa et de Mohenjo-Daro, pouvaient se vanter de la présence de latrines reliées à des réseaux d’égouts rudimentaires, c’est dans le palais de Knossos en Crète (1700 av. J.-C.) que les archéologues ont trouvé les premières toilettes à chasse d’eau et la première baignoire de l’histoire. Outre les appareils raffinés à la disposition de la royauté, même l’auberge située à côté du palais disposait de services d’hygiène et disposait également d’un appareil pour se laver les pieds, consistant en un bassin rectangulaire en pierre peu profond, encastré au sol et doté d’un tube de distribution, d’un déversoir et un trou de décharge avec un bouchon.

L’hygiène corporelle en Égypte ancienne

Histoire de l'hygiène corporelle en Égypte ancienne
Soin d’hygiène – Égypte ancienne

En raison des conditions climatiques particulières, dans lesquelles ils vivent – secs dans le désert et humide le long du Nil- les anciens égyptiens voyaient dans le bain quotidien une pratique nécessaire pour rafraîchir le corps soumis à la chaleur et au vent et aussi comme un moyen de se limiter à la minimale action des parasites.

Pour eux, il était normal de se laver les mains avant les repas, aussi parce que, pendant de nombreux siècles, ils ont constitué le moyen par lequel les aliments étaient portés à la bouche. Ils se sont nettoyés les dents avec du bicarbonate de sodium dissous dans de l’eau.

Les bains étaient généralement pris dans le Nil ou dans des étangs : l’eau était d’abord collectée dans de grands récipients, puis versée sur les mains et d’autres parties du corps. Aussi, il existait une sorte de douche, constituée d’un tamis ou d’un panier à travers lequel l’eau était filtrée.

Les maisons de l’aristocratie disposaient d’un bain, de même que certaines maisons ouvrières. Dans le palais royal, on pouvait trouver de véritables salles de bains et il y avait aussi le rôle de « commandeur du bain ».

Tout le monde suivait rigoureusement la norme de se raser fréquemment la tête et le corps. Les cosmétiques étaient importants pour l’hygiène. Comme le savon n’existait pas, on utilisait de la terre ou des sels pour garder la peau propre ou pour adoucir les zones à raser ; des huiles et des onguents étaient appliqués sur le corps pour contrecarrer les odeurs et prévenir les effets nocifs du soleil ou du vent sec.

Selon Hérodote, historien grec du V siècle av., les eaux du lac sacré du temple purifiaient non seulement le corps, mais elles purifiaient également « l’âme ». Les hommes se rasaient la barbe à l’aide de rasoirs, tandis que pour l’épilation, des outils similaires à nos pincettes modernes étaient utilisés.

Pour rehausser leur aspect physique, les femmes se maquillent le visage. De plus, peindre leurs paupières et leurs cils avec de la poudre d’encens brûlée mélangée à du miel ou des résines avait des propriétés curatives car, en plus de constituer un embellissement personnel, c’était une défense contre les maladies des yeux.

Dans l’Égypte ancienne, l’onction était une pratique courante car elle avait des connotations religieuses, hygiéniques et sanitaires. Elle visait également à garder le corps jeune et à assurer l’immortalité.

La thérapie médicale a commencé avec la découverte d’une correspondance intime entre la maladie et les bienfaits extraits de nombreux produits, en particulier des plantes médicinales. Toujours selon Hérodote, il y avait en Égypte des spécialistes pour chaque type de maladie : ophtalmologistes, dentistes, internes, etc. Mais la maladie était aussi attribuée à des agents extérieurs immatériels : le souffle d’un démon qui pénétrait dans le corps et perturbait l’individu. Les Égyptiens avaient un grand esprit d’observation et d’expérimentation et leur pharmacopée s’enrichit de plus en plus de remèdes végétaux, minéraux et animaux.

L’hygiène corporelle au temps des Grecs

Pour les médecins grecs de l’école d’Hippocrate (vers 460-377 av. J.-C.), l’hygiène était la branche de la médecine consacrée à « l’art de la santé ». Le corps était conçu de manière holistique comme un état dynamique de l’interaction entre quatre éléments : la terre, l’eau, l’air et le feu, qui correspondaient aux quatre « humeurs » constituant le corps – bile jaune, bile noire, sang et mucosités – dont les altérations peuvent provoquer une maladie donnée.

L’objectif des pratiques hygiéniques était d’atteindre un équilibre qualitatif et humoral à l’intérieur du corps d’une personne. Pour l’obtenir, il fallait respecter certaines règles concernant l’alimentation, l’exercice physique, l’activité sexuelle et une bonne relation entre les heures de sommeil et d’éveil.

Un soin particulier était porté au régime avec des indications précises qui précisaient quand il était préférable de manger certains types de viande ou de céréales et comment il était préférable de les cuisiner et de les préparer. Bien que basant leur raisonnement sur des méthodes empiriques, les médecins grecs étaient très appréciés pour leurs remèdes, dont les alternatives étaient constituées par des rituels superstitieux pour apaiser la colère des dieux.

Dans l’Athènes du Ve siècle, les gymnases se multiplient, tous équipés de fontaines, de bassins pour les ablutions et même de piscines. La piscine circulaire du gymnase de Delhi (d’un diamètre intérieur de près de 10 mètres) et de près de deux mètres de profondeur, peut être utilisée pour la baignade.

Avant d’entrer dans la piscine, les athlètes se lavent dans des bassins situés sous les fontaines. Même Socrate, âgé à cette époque, commence à faire de l’exercice pour réduire « … un ventre un peu plus gros que je ne le souhaiterais ». Vers la fin du Ve siècle av. J.-C.), le bain à ciel ouvert est remplacé par la salle de bain plus confortable, où la distribution et l’évacuation de l’eau sont assurées par des tuyaux en plomb.

Pour les ablutions partielles et pour les bains des enfants, il existait de petites vasques rondes ou ovales en métal, en terre cuite ou en bois. Mais la baignoire la plus diffusée est un grand récipient circulaire érigé sur un plan assez haut, avec un fond évasé et surmonté d’une colonne. Ces bacs doivent être remplis et vidés à la main et l’eau est d’abord chauffée dans un seau. Mais les bains chauds sont mis à l’index par les partisans de la rigueur spartiate.

Vers la fin du Ve siècle à Athènes, les bains publics deviennent populaires. Des baignoires individuelles sont placées en forme de couronne autour d’une salle circulaire chauffée. Leur faible coût les rend accessibles également aux moins fortunés, qui y passent plusieurs heures en hiver pour se réchauffer.

Les gens vont dans un bain public pour se laver, généralement avant le dîner, mais aussi pour discuter avec des amis. De nombreux bains publics avaient des salles réservées aux femmes appartenant pour la plupart aux classes les plus pauvres, aux courtisanes ou aux esclaves. Les Athéniens de la classe bourgeoise pouvaient se permettre de se baigner chez eux.

L’hygiène corporelle au temps des Romains

Bains romains à Bath – Angleterre
Bains romains à Bath – Angleterre

À partir du IIIe siècle av. J.-C., Rome a adopté de nombreuses mœurs hygiéniques des Grecs, les développant encore avec la construction d’aqueducs qui, à l’époque impériale, pouvaient fournir plus de 1 000 litres d’eau par personne (aujourd’hui, la consommation dans les villes européennes est d’environ 300 litres par personne) et des bains (thermes) pouvant contenir 1 600 personnes, des milliers de fontaines, de bains publics et de latrines.

Les médecins les plus appréciés étaient grecs et étaient consultés par des personnes qui nourrissaient des doutes quant à savoir si une maladie était vraiment une malédiction des dieux.

Les anciens Romains prenaient soin de leur corps en ce qui concerne la propreté et l’hygiène personnelles. Comme nous le dit Sénèque : « Ils se lavaient les bras et les jambes tous les jours, pour la toilette nécessaire après le travail, mais ne prenaient un bain complet qu’une fois tous les neuf jours. »

À Rome, le bain chaud pris aux thermes n’était pas nécessairement quelque chose que l’on faisait pour des raisons d’hygiène personnelle. C’était plutôt un délassement physique qui n’était pas refusé aux indigents ou aux esclaves et était – non seulement dans la Ville éternelle mais aussi dans les provinces extrêmes de l’Empire – le pivot ou le prétexte d’une vie sociale intense.

Les bains publics et privés qui ouvraient leurs portes à midi et les fermaient au crépuscule, étaient considérés comme un lieu de rendez-vous quotidien où – plongé dans des bains chauds, tièdes et froids, on pouvait faire des exercices de gym et profiter de la conversation pendant une bonne partie de la journée.

La séparation initiale entre les hommes et les femmes par l’utilisation de systèmes d’eau ou d’horaires distincts, a progressivement disparu jusqu’à son abolition totale au Bas-Empire.

Si les bains privés les plus luxueux étaient dotées de dispositifs thermiques souvent assez élaborés, les maisons les plus modestes avaient souvent la possibilité d’utiliser des systèmes de « voisinage » : dans la ville d’Ostia Antica, les structures construites à cet effet sont encore visibles aujourd’hui et étaient directement accessibles depuis plusieurs insulae (bâtiments).

Avec le déclin de l’Empire, conséquence des invasions, des guerres, de la famine et des pestes (la première apparition de la peste date de 547 apr. J.-C., sous le règne de Justinien), les centres urbains commencent à se dépeupler. La décadence des systèmes utilisés pour l’approvisionnement en eau de la ville a également conduit à l’abandon des thermes.

Le christianisme a imposé de profonds changements au culte de son corps au nom d’un idéal de vie contemplatif qui avait d’abord tendu à exclure aussi certaines mœurs hygiéniques qui, dans l’imaginaire collectif, étaient liées aux habitudes païennes.

Stefane Girard
Stefane Girard
Spécialiste de la relation client et de la qualité de service, tout d’abord dans le tourisme puis dans d’autres secteurs en tant que consultant, j’ai également géré une société de vente en ligne d’articles de luxe. Tout au long de ma vie, j’ai étudié des sujets qui m’ont permis de développer une sensibilité pour l’esthétique et l’admiration du savoir-faire de ceux qui travaillent avec passion et talent à magnifier notre quotidien : les artisans d'art. Ce site me permet de partager avec vous mes centres d’intérêt et de rendre hommage à ces artisans de l’excellence.

Articles les plus populaires

Articles les plus récents