Suivez Stefane Girard sur les réseaux sociaux

Portrait : Enzo Ferrari – fondateur de la marque automobile Ferrari

Vrombissez de plaisir et continuez à découvrir l’univers de l’automobile et son actualité, ou prenez la grande route de l’histoire de l’automobile au volant de voitures de légende et de concept cars des marques automobiles de prestige, régulièrement récompensés lors de concours d’élégance brillamment rénovés par les meilleurs artisans.

Naissance18 février 1898 à Modène (Italie)
Décès        14 août 1988 à Modène (Italie)
Taille         1,87 m
Site webferrari.com

Enfance et adolescence

  • Enzo Ferrari est né le 18 février 1898 dans la petite ville de Modène, en Italie. Il est né d’un fabricant appelé Alfredo Ferrari et a grandi à Modène sans aucune éducation formelle.
  • Il a une passion pour les voitures de course et la conduite automobile depuis son plus jeune âge et décide qu’il voulait être pilote de course à l’âge de 10 ans, lorsque son père l’emène voir le Circuit di Bologna de 1908. Il est ensuite allé à de nombreuses autres compétitions de voitures de course et ces compétitions laisse une très forte impression dans son esprit.
  • En 1914, Ferrari commence à travailler comme enseignant à l’école des tourneurs dans l’atelier des pompiers de Modène.
  • Pendant la Première Guerre mondiale, en 1916, son père et son frère sont morts en raison de l’épidémie de grippe italienne. À peu près à la même époque, il est appelé à rejoindre la guerre et est affecté au troisième régiment alpin, Val Seriana. Il contractera la pandémie de grippe de 1918, qui conduit à sa libération à la fin de la guerre.

Carrière

  • Après avoir reçu une lettre de recommandation des autorités militaires, Ferrari postule à un emploi chez Fiat en 1918. Malheureusement, il n’y a pas de poste vacant à l’époque. Mais, il obtient un emploi de pilote d’essai, à Turin, dans une entreprise automobile qui transforme les camions légers en châssis, en collaboration avec un carrossier italo-argentin à Milan.
  • En 1919, Enzo commence à travailler avec une société appelée Costruzioni Meccaniche Nazionali, à Milan, en tant que pilote d’essai. Bientôt, il est promu au poste de pilote de course.
  • La même année, il participe à sa première course dans la course en montée Parma-Poggio di Berceto. Il occupe la quatrième position de la course. Il participe à une autre course la même année, la course Targa Florio, mais n’a pas vraiment pu remporter de grand succès dans celle-ci aussi en raison d’un problème avec le réservoir de carburant.
  • En 1920, il participe à nouveau à la course automobile Targa Florio, conduit une Alfa Romeo et se classe en deuxième position. Cette victoire est le début de ses 20 ans d’expérience chez Alfa Romeo où il travaille d’abord comme pilote d’essai, puis pilote de course, puis membre du personnel des ventes et finalement à la tête de l’équipe Alfa-Corse.
  • En 1921, Ferrari participe à de nombreuses courses en tant que pilote exclusif Alfa. Il est également confronté à son premier accident la même année lors du Grand Prix de Brescia lorsqu’il quitte la route en zigzaguant pour éviter un troupeau de vaches traversant la route.
  • En 1923, il rencontre le comte et la comtesse Baracca, à l’occasion de sa victoire au Grand Prix automobile du Savio. Il reçoit une photo avec une dédicace et est encouragé à utiliser librement leur « cheval cabré » comme mascotte sur ses voitures de course.
  • En 1929, il forme l’équipe de course Scuderia Ferrari, équipe de course officielle d’Alfa Romeo.
  • 1931 est la dernière année de Ferrari en tant que pilote de course. Sa dernière course a lieu sur le circuit des Trois Provinces où il a terminé deuxième, au volant d’une Alfa Romeo 8C 2300 MM. En raison de sa famille grandissante et d’autres engagements professionnels, il abandonne la course cette année-là.
Enzo Ferrari l'histoire
  • En 1933, en raison de contraintes financières, Alfa cesse son association avec la Scuderia Ferrari. Alfa reprendra le contrôle de ses efforts de course en 1937 et Ferrari sera réduit à un simple directeur des sports.
  • En 1939, Ferrari quitte Alfa Romeo, acceptant les conditions selon lesquelles il n’utilisera pas le nom « Ferrari » en relation avec les courses et les voitures de course pendant les quatre prochaines années. La même année, il fonde sa propre entreprise appelée Auto Avio Costruzioni à Modène, dans un garage de Viale Trento e Trieste.
  • En 1940, il construit des voitures pour les Mille Miglia dans les principaux ateliers de l’ancienne Scuderia. À cette époque, pendant la Seconde Guerre mondiale, l’entreprise Ferrari est forcée de produire pour le gouvernement fasciste de Mussolini.
  • En 1951, la firme Ferrari remporte son premier Grand Prix avec Jose Froilan Gonzalez à Silverstone. Le premier championnat de la société est remporté en 1952-1953. C’est à cette époque que la société commence également à vendre des voitures de sport afin de financer ses courses.
  • En 1957, Ferrari et Englebert, le fabricant de pneus, sont accusés d’homicide involontaire lorsque, pendant les Mille Miglia, Alfonso de Portago, au volant de Ferrari, est décédé avec son copilote lorsque l’un des pneus a explosé. Neuf personnes hors du public ont également été tuées. L’accusation est abandonnée en 1961.
  • En 1969, Ferrari vend 50 % de ses actions à Fiat mais Enzo Ferrari reste aux commandes à 100 % des efforts de course. Cette offre a d’abord été faite à Ford mais Ferrari n’a pas donné suite, sachant qu’il ne pourrait pas garder le contrôle des décisions importantes s’il impliquait Ford dans son entreprise.
  • En 1974, Ferrari prend sa retraite du poste de directeur général de la division des voitures de route. Il nomme ensuite Luca Cordero di Montezemolo comme directeur de l’équipe de Formule 1 et lui demande de le représenter à toutes les réunions de course.

Récompenses et réalisations

  • En 1924, Ferrari est reconnu par l’État comme un “Cavaliere” pour sa précieuse contribution au domaine du sport et en 1925, il est nommé “Cavaliere Ufficiale”. La même année, il fonde le « Corriere dello Sport » à Bologne, répondant à sa passion pour le journalisme sportif.
  • En 1927, il reçoit le titre de “Commendatore” pour sa contribution au sport en Italie.
  • En 1952, Ferrari reçoit le titre de “Cavaliere del Lavoro” pour sa contribution à l’industrie automobile, contribuant à améliorer l’image de l’Italie dans le monde.

Vie personnelle et héritage

  • En 1932, Ferrari épouse Laura Dominica Garello Ferrari. Ils ont un fils ensemble appelé Alfredo « Dino » Ferrari. Il meurt d’une dystrophie musculaire en 1956.
  • En 1945, Ferrari a un deuxième fils nommé Piero avec sa maîtresse Lina Lardi mais c’est en 1975 qu’il reconnait Piero comme son fils légal, après la mort de Lina.
  • En 1988, il meurt à l’âge de 90 ans. Sa mort est rendue publique deux jours plus tard.
Enzo Ferrari la légende

Sa mémoire

  • La Maison-Musée Enzo Ferrari, inaugurée en 2012 à Modène, est consacrée à la vie et à l’œuvre du « Commendatore » (« le Commandeur »). Dans le musée, en plus des voitures exposées, il y a un spectacle qui raconte l’histoire magique des 90 ans de la vie d’Enzo. Pour ajouter à ce voyage dans le passé, dans l’atelier du père d’Enzo, aujourd’hui parfaitement restauré, se trouve le Ferrari Motors Museum. Une histoire dans l’histoire qui souligne le caractère unique de Ferrari.
  • Cette histoire complexe de souvenirs s’ajoute au Musée Ferrari de Maranello, qui raconte l’histoire de Ferrari d’aujourd’hui et de demain à travers une exposition permanente dédiée à la Formule 1 qui puise ses racines dans l’extraordinaire histoire du cheval cabré.

Anecdotes

  • Ferrari était un reclus et n’a pratiquement pas fait d’apparitions publiques ni donné d’interviews. Il était également connu pour être un bourreau de travail.
  • On pense que Ferrari avait l’habitude d’induire la concurrence entre ses pilotes et de les encourager à occuper la position de pilote numéro un.
  • La Ferrari nommée « Ferrari Enzo » lui est dédiée.
  • Ferrari a porté les mêmes lunettes teintées noires tous les jours pour le reste de sa vie en hommage de son fils décédé d’une dystrophie musculaire.

Citations personnelles

  • La course est une grande manie à laquelle il faut tout sacrifier, sans réticence, sans hésitation.
  • Si tu peux le rêver, tu peux le faire.
  • Je n’ai encore rencontré personne d’aussi têtu que moi et animé de cette passion irrésistible qui ne me laisse pas le temps de réfléchir ni d’autre chose. Je n’ai, en fait, aucun intérêt pour la vie en dehors des voitures de course.
  • Je construis des moteurs et je leur fixe des roues.
  • Il faut continuer à travailler continuellement ; sinon, on pense à la mort.
  • Je n’ai jamais fait de vrai voyage, jamais pris de vacances. Les meilleures vacances pour moi se passent dans mes ateliers quand presque tout le monde est en vacances.
  • L’aérodynamique est pour les gens qui ne savent pas construire de moteurs.
Stefane Girard
Stefane Girard
Spécialiste de la relation client et de la qualité de service, tout d’abord dans le tourisme puis dans d’autres secteurs en tant que consultant, j’ai également géré une société de vente en ligne d’articles de luxe. Tout au long de ma vie, j’ai étudié des sujets qui m’ont permis de développer une sensibilité pour l’esthétique et l’admiration du savoir-faire de ceux qui travaillent avec passion et talent à magnifier notre quotidien : les artisans d'art. Ce site me permet de partager avec vous mes centres d’intérêt et de rendre hommage à ces artisans de l’excellence.
ARTICLES POPULAIRES
ARTICLE RÉCENTS
error: Le contenu est protégé. Merci de votre compréhension.