Suivez Stefane Girard sur les réseaux sociaux

Designer de légende : Philippe Starck

Quand le design du quotidien rencontre l'extraordinaire

Embellissez votre intérieur en visitant notre rubrique design et décoration où l’histoire du mobilier et l'histoire du design se marient pour donner naissance à des objets cultes imaginés par des designers de légende qui révolutionnent notre façon d'habiter et de décorer nos intérieurs.

Designer et architecte

Né le 18 janvier 1949 à Paris, France. Il est le fils d’André Starck, qui était ingénieur en aéronautique.

Carrière

Des restaurants aux hôtels, des meubles aux modules spatiaux, Starck a apposé sa marque ingénieuse sur plus de 10 000 designs. Tout en travaillant pour Adidas, Starck créé sa première entreprise de design industriel, Starck Product, qu’il rebaptisera plus tard Ubik d’après le roman de Philip K. Dick. Il commence à travailler avec des fabricants en Italie (Driade), Alessi, Kartell et à l’international, dont Drimmer en Autriche, Vitra en Suisse et Disform en Espagne.

En 1983, le président français de l’époque, François Mitterrand, sur recommandation de son ministre de la Culture, Jack Lang, choisit Starck pour rénover les appartements privés du président à l’Élysée. L’année suivante, il dessine le Café Costes.

Si vous allez sur la boutique en ligne de Philippe Starck, vous trouverez les catégories de produits suivantes, toutes conçues par Starck lui-même : tables, bagages, chaises, montres, livres, fauteuils, papeterie, vaisselle, lampes, radios, téléviseurs, tabourets, accessoires de bain, beaux-arts, et même sa propre ligne d’aliments biologiques dans des emballages conçus, bien sûr, par Starck. Au cours de sa carrière, Starck a appliqué son sens unique du design à tout, d’un centre de gestion des déchets à Paris aux hôtels internationaux et aux distributeurs de serviettes en papier.

Peu importe sur quoi il concentre ses efforts, on a l’impression qu’il joue avec ce qui nous est familier et qu’il ajoute son design aérodynamique et organique pour voir ce qui se passe. La philosophie qui sous-tend son style s’est toujours adaptée aux masses : beau mais fabriqué à bas prix. Il guide sa réflexion artistique à changer la perception des gens qu’un bon design n’est pas que pour les riches ou une extravagance. « Quand j’ai commencé, j’ai été choqué que l’objectif du design soit de créer de très beaux objets à vendre à des gens très riches dans des boutiques très chics », a-t-il déclaré à Dana Thomas de Newsweek. « Pourquoi ces gens ne pouvaient-ils pas voir la vulgarité dans ce qu’ils faisaient ? Je voulais faire le contraire. Si j’avais une bonne idée, je voulais la donner à un million de personnes. » Et il pratique ce qu’il prêche. Son idée de design pour les masses trouve sa voie avec un partenariat historique avec les hypermarchés Target, plaçant ses produits de pointe sur leurs étagères.

Le jeune Starck a commencé à montrer un intérêt pour le design dès son plus jeune âge. Il jouait dans le grand atelier de son père, rempli de machines, de moteurs et de pièces détachées irrésistibles pour un garçon curieux. Lors de ces temps libres, Le jeune Philippe Starck démantelait la machinerie et la réassemblait à sa manière, un peu comme son père. C’est un penchant qui façonnera le reste de sa vie.

Starck, né dans une famille aisée qui subvient à ses besoins, a peut-être montré beaucoup de promesses à l’atelier de la maison, mais dans le monde qui l’entoure, il a du mal à s’intégrer. Il est reclus à l’école, incapable de s’entendre avec ses pairs et, finalement, évite complètement d’aller à l’école quand il le pouvait. « J’étais complètement incapable de m’adapter à la société et à l’école », a-t-il déclaré à People.

Il se tourne vers le design quand il est adolescent et fréquente la prestigieuse école École Nissim de Camondo. Au moment où il obtient son diplôme, il est considéré par tous ceux qui voient son travail comme un nouveau talent prometteur sur la scène du design. Souhaitant travailler sur quelque chose d’avant-gardiste, il créé en 1968 une entreprise spécialisée dans la conception de meubles gonflables. L’entreprise n’est pas allée très loin, mais elle réussit à faire connaître son travail au public.

Starck aime les lignes de ses meubles qui étaient naturelles et lisses. Il y avait d’autres designers de l’époque qui avaient un goût similaire, mais le talent de Starck commence à se distinguer et certains des grands noms du design commencent à le remarquer. Il obtient un apprentissage chez Pierre Cardin en 1969, ce qui est bon pour sa carrière et l’aide également à mettre en perspective ses propres goûts. Travailler avec sur de multiples projets – et certains diraient gauches – de Cardin ont fait comprendre à Starck ce qu’il ne voulait pas faire. Le style de Cardin a été un tournant pour Starck et l’a rendu plus déterminé que jamais à libérer des lignes plus simples sur le monde.

Même avec sa timidité innée, Starck commence à s’épanouir socialement. Le monde du design accueille son étrange mélange de sombreur personnelle et d’enthousiasme pour son travail, des traits qui l’ont rendu impopulaire à l’école. Le jeune créateur trouve un certain réconfort dans l’isolement de la scène des boîtes de nuit parisiennes et, naturellement, a eu de nombreuses idées sur la façon dont les clubs eux-mêmes pourraient améliorer leur look. Bientôt, Starck trouve une niche professionnelle dans la scène des boîtes de nuit parisiennes dans les années 1970 et acquit une réputation mineure avec des designs d’intérieur pour les clubs La Main Bleue en 1976 et Les Bains Douches en 1978.

À la fin des années 1970, Starck sent que sa carrière ne va pas aussi vite qu’il le souhaite. Andy Warhol, l’artiste basé à Manhattan, s’est essentiellement fait une marque dans le monde de l’art. Starck croit que l’industrie du design peut jouer sur le même registre. Le jeune designer commence à comprendre comment se vendre et gagne lentement la réputation d’être un personnage très talentueux (et égoïste) dans le monde du design. Il créé sa propre entreprise en 1979, l’appelant Starck Products.

Enfin, en 1982, le jeune designer obtient sa grande chance. Le président français François Mitterrand l’engage pour faire partie de l’équipe de conception de sa résidence privée à Paris. C’est un travail prestigieux qui fait passer sa carrière au niveau supérieur. Non seulement le président est satisfait des résultats, mais le public aussi. Starck commence à obtenir plus de travail ; à noter le restaurant Café Costes qui arbore un escalier spectaculaire et des meubles conçus par Starck.

La décoration du Costes a tellement enthousiasmé le monde du design que le nom Starck commence à se répandre à Paris. Les cafés font partie intégrante de la vie en France et la concurrence est féroce. Après le Café Costes, chaque café parisien a dû se démarquer. Starck a déclenché un engouement et il en est à l’avant-garde. Pour la première fois de sa vie, il peut choisir les emplois qui l’intéressent.

Tout au long des années 1980, Starck bâti sa réputation de rock star du monde du design. Lui et ses créations sont partout. Il offre des interviews à la presse grand public, ce qui est inédit à l’époque, et se concentre sur la vente de sa personne comme le « designer du peuple ». Son sens de l’auto-marketing est affiné et il rend beaucoup de gens dans son domaine à la fois agacéq et jaloux.

Son succès à se faire une marque décontenance une communauté qui se considère au-dessus de telles absurdités. Mais Starck, conscient de l’ironie d’un designer comme célébrité, est là pour prouver quelque chose et il ne va pas laisser la vieille garde le ralentir.

Starck entre dans la prochaine étape de sa carrière lorsqu’il s’associe à l’hôtelier américain et cofondateur du Studio 54, Ian Schrager pour concevoir un certain nombre d’hôtels, dont le Delano à Miami, en Floride, et le Mondrian à Los Angeles, en Californie. Les projets sont tous d’énormes efforts impliquant des centaines de millions de dollars.

Ils impliquent tous de créer de nouveaux bâtiments ou de rénover d’anciens monuments. Des efforts à la fois délicats et coûteux mais, pour l’essentiel, son travail hôtelier s’est très bien déroulé et sa réputation s’en est trouvé renforcée. Ses hôtels sont comparés à du théâtre, avec des entrées dramatiques et des détails amusants qui font la distinction entre le bon goût et la stupidité.

Mais Starck entre dans le grand bain lorsqu’il fait irruption dans le courant dominant occidental avec un accord qui associe son entreprise à la gamme de magasins Target. Target voulait qu’il fasse une gamme d’accessoires pour la maison exclusivement pour leur magasin. « Un bon design peut et doit faire partie de la vie de tous les jours. Je suis toujours à la recherche de la magie dans la réalité », a-t-il déclaré à People. « Pour le même prix, vous pouvez donner beaucoup plus d’amour, de respect et de service aux gens. » Avec l’accord Target, Starck a pu mettre à l’épreuve la philosophie de son art.

Bien qu’il soit connu dans des cercles choisis depuis plusieurs années, il est maintenant un nom familier. La gamme de produits Starck Reality comprend plus de 50 articles, tels que des brosses à dents et des porte-revues. Il a déclaré à Retail Merchandiser : « Mon objectif dans cette démocratisation du design est de rendre possible les expériences les plus joyeuses et les plus excitantes pour le plus grand nombre de personnes ». Il a continué à tenir sa promesse de rendre sa signature accessible à tous.

Pour Starck, l’influence du design dans notre vie quotidienne ne peut pas être surestimée. Il dit à Susannah Meadows de Newsweek : « Un bel objet ne changera jamais la vie de quelqu’un, mais cela aide. Tout autour de nous a une influence sur notre subconscient. Cela ne ramènera pas le mari, mais cela peut envoyer un signe d’intelligence et poésie et humour. »

Bien qu’il ait juré qu’il ne concevrait jamais d’espaces de vente au détail, il change d’avis après avoir rencontré le créateur de mode Jean Paul Gaultier, qui cherchait quelqu’un pour créer son espace au premier étage sur Madison Avenue à New York. Les deux se sont rencontrés à quelques reprises et Starck a été impressionné par la compréhension de Gaultier des philosophies qui sous-tendent sa conception. « Je ne pensais pas que la vente au détail de mode était mon territoire », a déclaré Starck à Sheila Kim de Interior Design, « mais Jean Paul est devenu comme un frère ». Le résultat a été un partenariat qui a créé un espace unique et clairsemé sur une avenue de la ville qui n’est pas connue pour son euphémisme.

À Francfort, en Allemagne, en 2002, il lance sa collection Starck 3 pour Duravit, une collection d’utilitaires et d’accessoires de bain. Poursuivant son thème du design pour le peuple, il a déclaré à une foule d’environ 900 personnes, cité par Aric Chen de Interior Design, « Il ne s’agit pas seulement de salles de bains et de pièces en céramique. C’est une action politique et stratégique ». Son discours de lancement de la ligne de produits contenait une ligne enthousiaste qui a fait sensation. « Je déclare par la présente la guerre du design terminée et gagnée. Des produits attrayants de bonne qualité sont fabriqués partout aujourd’hui ».

Mais au milieu de son enthousiasme, il prétend aussi être déprimé la plupart du temps. Il lutte toujours contre les insécurités qui ont fait de lui un reclus lorsqu’il était enfant. Sa vision du monde est maintenant plus sophistiquée mais, au final, Starck a clairement embrassé le nihilisme. Il a déclaré à son public de Francfort : « Toutes les choses que nous tenons pour vraies, comme la lune, le soleil et les étoiles, n’existent pas. Rien n’existe. J’ai peur comme tout le monde».

Mais, avec une solide éthique de travail et une mission, il a trouvé l’énergie pour travailler. Le juste équilibre entre la légèreté de son travail et le sérieux de sa philosophie est peut-être mieux résumé dans une réponse qu’il a donnée à Thomas de Newsweek lorsque le journaliste lui a demandé de quel design il était le plus fier. « Le suivant », répondit Starck. « Parce que je ne suis jamais, jamais satisfait de ce que j’ai fait ».

Architecture

Les bâtiments qu’il conçoit au Japon, à partir de 1989, vont à contre-courant des formes traditionnelles. Le premier, Nani Nani, à Tokyo, décrit comme un hangar biomorphique. Un an plus tard, il conçoit l’Asahi Beer Hall à Tokyo, un bâtiment surmonté d’une flamme dorée. Cela a été suivi en 1992 par le complexe de bureaux Le Baron Vert à Osaka. En France, il a conçu l’extension de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (ENSAD) à Paris (1998).

En 1991, Starck conçoit l’un des pavillons du nouveau Groninger Museum.

Depuis la fin des années 1980, Starck a conçu plusieurs hôtels dans différents pays, notamment le Royalton Hotel (1988) et l’hôtel Paramount (1990) à New York, le Delano à Miami, le Hudson Hotel et le Mondrian Hotel à West Hollywood, le Sanderson et le Saint Martin’s Lane à Londres, La rénovation du Meurice en 2016, le Royal Monceau en 2010 ainsi que plus récemment l’Hotel Brach en 2018 et l’Hôtel 9 Confidentiel à Paris. Toujours en France, dans le Sud-Ouest, Philippe Starck a conçu les hôtels La Co(o)rniche et Ha(a)itza, tous deux à Arcachon, près de la Dune du Pilat. En 2019, Starck a créé l’hôtel Lily of the Valley sur la Côte d’Azur et en 2020, a ouvert La Réserve Eden au Lac Zurich.

Starck a conçu plusieurs restaurants, dont dans les premières années, le Café Costes (1984) à Paris, Manin (1985) à Tokyo, Theatron (1985) à Mexico, Teatriz (1990) à Madrid ou plus récemment plusieurs restaurants avec les frères Alajmo à Paris, Venise et Milan – Caffe Stern (2014), Amo (2016), Gran Caffe Quadri (2018) et Amor (2019), La Réserve à la Plage à Saint Tropez avec Michel Reybier Hospitality, The Avenue at Saks à New York en 2019.

L’Alhondiga, un lieu de culture et de loisirs de 43 000 mètres carrés à Bilbao conçu par Starck, a ouvert ses portes en 2010.

Starck a également conçu des P.A.T.H. préfabriqués abordables et ajustables.

Starck a été mandaté par Hilton Worldwide pour créer entièrement un nouvel hôtel à Metz, en France. La Maison Heler est une bâtisse fantasmagorique surmontée d’une maison traditionnelle alsacienne, symbole poétique de la région qui devrait ouvrir ses portes en 2021.

Yachts

En 2004, Starck a conçu le Motor Yacht A puis en 2012 le A (voilier) – l’un des plus grands voiliers du monde.

A (voilier)

Starck a conçu l’infrastructure du port de Port Adriano sur la baie sud-ouest de Palma de Majorque, et a été directeur artistique de l’intérieur. Il a ouvert en avril 2012.

En 2008, il a conçu le yacht Venus de Steve Jobs, qui a été lancé en octobre 2012, un peu plus d’un an après la mort du fondateur d’Apple. Le yacht a été construit à Aalsmeer aux Pays-Bas.

Architecture d’intérieur : sélection

La Main Bleue, Paris, 1976.

Les Bains Douches, Paris, 1978.

Résidence privée, Palais de l’Élysée, Paris, France, 1982.

Café Costes, Paris, 1982.

Restaurant Manin, Tokyo, Japon, 1986.

Café Mystique, Tokyo, Japon, 1986.

Salle de concert La Cigale, Paris, France, 1987.

Hôtel Royalton, New York, NY, 1988.

Hôtel Paramount, New York, NY, 1990.

Restaurant Teatriz, Madrid, Espagne, 1990.

Musée de Groningue, Pays-Bas, 1994.

Le restaurant Peninsula, Hong Kong, Chine, 1994.

Hôtel Delano, Miami, Floride, 1995.

Restaurant Theatron, Mexico, Mexique, 1995.

Hôtel Mondrian, Los Angeles, Californie, 1996.

Restaurant Asia de Cuba, New York, NY, 1997.

Hôtel Saint Martins Lane, Londres, Angleterre, 1999.

Boutique de lunettes Mikli, Paris, France, 1999.

Bon Restaurant, Paris, France, 2000.

Hôtel Sanderson, Londres, Angleterre, 2000.

Hôtel Hudson, New York, NY, 2000.

Hôtel Clift, San Francisco, Californie, 2001.

Hôtel Miramar, Santa Barbara, Californie, 2003.

Train Eurostar, 2003.

Architecture : sélection

Usine de couteaux Laguiole, Paris, France, 1988.

Bâtiment Nani Nani, Tokyo, Japon, 1989.

Bâtiment Baron Vert, Osaka, Japon, 1992.

Immeuble Asahi, Tokyo, Japon, 1989.

Ecole Nationale des Arts Décoratifs, Paris, France, 1995.

Tour de contrôle du trafic aérien de l’aéroport de Bordeaux, Bordeaux, France, 1997.

Hôtel Sanderson, Londres, Angleterre, 2001.

Usine d’incinération, Paris, France, 2004.

Expositions : sélection

Musée Georges Pompidou, Paris, France.

Musée des Arts Décoratifs, Paris, France.

Villa Médicis, Rome, Italie.

Musée de Munich, Allemagne.

Musée de Francfort, Allemagne.

Musée de Düsseldorf, Allemagne.

Musée d’Art Moderne, Kyoto, Japon.

Musée d’Art Moderne, New York, NY.

Design Museum, Londres, Angleterre.

Vitra Design Museum, Bâle, Suisse.

Vanity Case, exposition itinérante, 2002.

Musée Georges Pompidou, Paris, France, 2003.

Récompenses

Oscar du luminaire, France, 1980

Trois prix à Neocon, Chicago, IL, 1986

Delta de Plaia à Barcelone, Espagne, 1986

Prix du Cercle de Platine, Chicago, États-Unis, 1987

Grand Prix National de la Création Industrielle, Paris, France, 1988

Officier des Arts et des Lettres, Paris

Design–Zentrum Nordrhein Westfalen, Allemagne, 1995

Primero Internacional de Diseno Barcelone, Espagne, 1995

Harvard Excellence en design, Cambridge, MA, 1997

Commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres, Paris, 1998

Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur, 2000 

Prix des anciens élèves noirs du Pratt Institute, 2001 

Compasso d’Oro Italie, 2001

Red Dot Best of the Best Award, 2001 

Prix IF Design, 2002

Observateur du design Etoile, Paris, 2002

Stefane Girard
Stefane Girard
Spécialiste de la relation client et de la qualité de service, tout d’abord dans le tourisme puis dans d’autres secteurs en tant que consultant, j’ai également géré une société de vente en ligne d’articles de luxe. Tout au long de ma vie, j’ai étudié des sujets qui m’ont permis de développer une sensibilité pour l’esthétique et l’admiration du savoir-faire de ceux qui travaillent avec passion et talent à magnifier notre quotidien : les artisans d'art. Ce site me permet de partager avec vous mes centres d’intérêt et de rendre hommage à ces artisans de l’excellence.
ARTICLES POPULAIRES
ARTICLES RÉCENTS
error: Le contenu est protégé. Merci de votre compréhension.